JUILLET

De Nature en Sculpture à la Villa Datris

En 2017, la nature reprend ses droits à la Fondation Villa Datris. Deux oeuvres grand format de Pauline Bazignan, artiste chez PREMIÈRE OEUVRE y sont exposées.
La nature vient nous surprendre, transformer et ré-enchanter les lieux à travers le prisme d’œuvres d’artistes qui viennent y exprimer librement leur vision de la nature.
Avec son jardin situé au bord de la rivière de la Sorgue, la Fondation Villa Datris est par essence en prise directe avec les éléments : l’eau vive, la végétation, le souffle du vent, la lumière du Sud… Ce lien vivant avec l’environnement naturel constitue son identité et propose un défi aux artistes.
Avec cette nouvelle exposition 2017, on pourra découvrir comment la nature est perçue par les artistes contemporains, à la fois source d’inspiration et moyen d’expression toujours renouvelés.

Fondation Villa Datris pour la sculpture contemporaine
7, Avenue des quatre Otages 84 800 L’Isle sur la Sorgue / Du 26 Mai au 1er Novembre 2017

 

Helen Frankenthaler After abstract expressionism 1959-1962 à la Galerie Gagosian

La galerie Gagosian présente "Helen Frankenthaler: Après Expressionnisme abstrait, 1959-1962". La première exposition majeure du travail d’Helen Frankenthaler à Paris depuis plus de cinquante ans comprend des peintures et des oeuvres sur papier, dont plusieurs n'ont pas été exposées depuis le début des années 1960.

Helen Frankenthaler est une peintre et graveuse américaine connue pour avoir développé un style à base de technique de peinture tachée. Sa pratique sert de pont entre les expressionnistes abstraits des années 1950 et les peintres du Color Field des années 1960 et influence une génération de peintres new-yorkais. Son œuvre Mountains and Sea (1952), mélange pastel de peinture à l’huile et fusain sur toile non traitée, incite Morris Louis et Kenneth Noland à créer leurs propres styles de toiles tachées. Née le 12 décembre 1928 à New York, elle étudie avec Rufino Tamayo à la Dalton School et avec Paul Feeley au Bennington College. Frankenthaler attire l’attention du critique d’art Clement Greenberg dans les années 1950 et au fil du temps son travail obtient une reconnaissance internationale. Le Jewish Museum de New York accueille sa première rétrospective en 1960 et elle continue de travailler la peinture, la gravure et la sculpture jusqu’à sa mort le 27 décembre 2011 à Darien dans le Connecticut à l’âge de 83 ans. Un magnifique travail, on est fan!

Galerie Gagosian 4, rue de Ponthieu 75008 Paris /Du 9 Juin au 16 Septembre 2017

 

Grands formats Didier Demozay et Jean-Pierre Schneider à la galerie Sabine Puget

Jean-Pierre Schneider est né en 1946 à Paris, où il vit et travaille.
Formé à l’école des Beaux-Arts de Lille, il a longtemps exploré la peinture abstraite
Depuis plusieurs années il revient à une peinture plus figurative. Il travail souvent de grand format, ses tableaux se déclinent par suites

Nourri par l’expérience des acquis de l’abstraction, enrichi par le travail d’artistes tels Nicolas de Staël, Mark Rothko, Tal-Coat, Cy Twombly, Jean-Pierre Schneider a pour préoccupation principale avant tout et toujours « le territoire de la peinture ».
Les tableaux de Jean Pierre Schneider explorent à travers un même sujet différentes compositions plastiques.
Ses tableaux offrent une matière riche, mate et vibrante, dont la lumière naturelle révèle toute la subtilité. L’artiste superpose les couches de couleurs, la première réapparaissant à la surface là où il pratique des incisions dans la matière, un signe, un mot, une date.

Galerie Sabine Puget Château Barras 83670 Fox-Amphoux France /  Du 24 juin au 24 septembre 2017

 

Claire Colin-Collin dans la Chapelle Sant-Tugdual

Sa démarche est un ressassement de l’acte de peindre. Dans l’alternance entre l’apparition et la rature, le ratage, l’accident, le recouvrement. Elle espère sans cesse voir quelque chose d’étonnant. Sa peinture est un perpétuel recouvrement d’elle‑même. Mobilisée par l’absence de sujet autre que sa propre question : la question de son existence. La peinture fait disparaître la peinture. Oblitération, transparence, résurgence, ruine, entrelacement du dessus et du dessous.

L’art dans les chapelles Chapelle Saint-Tugdual, 56310 Quistinic
Du 7 Juillet au 17 Septembre 2017

 

Pauline Bazignan, Raphaëlle Boutié et Agnès Desplaces exposées pour le prix Bernard Magrez

Trois de nos artistes de la Galerie PREMIERE OEUVRE ont été présélectionnés pour exposer et concourir pour le prix Bernard Magrez 2017 dont le thème est : "Never give up"

En 2016, pour célébrer 5 ans d’actions remarquables, Bernard Magrez s'est mis en quête des artistes contemporains les plus prometteurs et talentueux de leur génération en organisant le Grand Prix Bernard Magrez, un concours artistique prestigieux dont le vainqueur sera au coeur d’une exposition dédiée de plusieurs mois.
Le Grand Prix Bernard Magrez souhaite se pencher sur un des grands leitmotiv de Bernard Magrez : Jamais Renoncer.
Sa traduction en anglais permet d’ouvrir les portes du Grand Prix aux candidatures internationales.
Tout au long de l’été vous pourrez admirer le travail d’une centaine d’artistes préselectionnés.

Château Labottière, 16 rue de Tivoli, Bordeaux 33000 / Du 7 Juillet au 1 Octobre 2017

 

Derain, Balthus et giacometti, une amitié artistique au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris

La rencontre des trois artistes est favorisée au début des années 1930 par la fréquentation du milieu surréaliste – notamment au travers de la première exposition de Balthus chez Pierre Loeb en 1934. L’intensification de leurs relations à partir de 1935 démultiplie les croisements entre leur vie et leurs œuvres.

Differentes séquences témoignent de cette exceptionnelle amitié entre les trois artistes. L’exposition commence avec leur regard commun vers la tradition figurative et les primitivismes. Ils proposent aussi les portraits croisés de leurs amis, modèles et mécènes communs. Les artistes expriment leurs doutes et leurs interrogations au cœur du « lieu du métier », quand tous trois explorent « les possibilités du réel » face à la tragédie du temps. Derain l'aîné, qui délaissera les peintures fauves et vitaminées de sa jeunesse pour aller vers un certain classicisme ; Balthus, surréaliste puis chantre d’un érotisme en chambre ; Giacometti, enfin, qui tourne à son tour le dos aux objets surréalistes pour se concentrer sans relâche sur le portrait, les doigts posés sur la terre glaise. Balthus clôt le parcours en nous invitant dans le présent continu de la peinture avec sa thématique du Peintre et son modèle.
Peintures, sculptures, maquettes de scénographies ou écrits, ici apparaissent les beaux signes de fertiles admirations.

Musée d’art moderne de la ville de Paris 11, avenue du Président Wilson 75116 Paris du 02 juin au 29 octobre 2017

collectif de Street art pour REHAB2

Un immeuble abandonné, 7 étages et une carte blanche laissée à une bande de street artists. La Maison des Arts et Métiers, qui héberge habituellement les étudiants de l'ENSAM à la Cité Unversitaire, se transforme le temps d'un été en temple du street art. Une centaine d'artistes urbains ont été invités à repeindre entièrement les murs d'un bâtiment de cinq étages dans le cadre de l'expo REHAB2.
Nichée dans le 14e arrondissement de Paris, la Cité universitaire prend cet été des airs de résidence d’artistes.

Visites jusqu’au 16 juillet, tous les jours de 10h à 22h.
17 Bd Jourdan 75014 Paris