Sylvie Duval et le travail de l'encre

Petit questionnaire...

De l’eau de l’encre de chine et une infinité de nuances. Nous avons demandé à cette artiste de nous parler de tout ces contrastes et de la maîtrise de sa technique.

Anne Sirot: Pourquoi avoir choisi ce médium ?

Sylvie Duval: Petite, mon père avait sur son bureau de l'encre de Chine et des plumes (de fines plumes en plastique orange dont il s'était servi autrefois pour faire du dessin industriel) ; ça faisait partie, en plus des stylos et des crayons, du matériel que j'avais là à disposition. J'aimais dessiner et assez rapidement, j'ai utilisé ce médium car il était tout simplement là.
J'ai ensuite, en plus de la plume, utilisé le pinceau ce qui m'a permis d'apprécier le travail du lavis.
Aujourd'hui, j'aime la simplicité de ce médium ; pour dessiner, il faut trois fois rien, de l'encre, un pinceau et de l'eau...

AS: Quelles places ont le vide et les masses dans vos compositions ?

SD: J'essaye le plus possible de respecter une sorte d'équilibre entre le noir, les gris et le blanc. Je ne sais pas exactement comment fonctionne cet équilibre, mais je sens qu'il faut un certain rapport entre les différentes valeurs pour que l'équilibre soit là, pour qu'un dessin "se tienne". En quelque sorte, je crois que ce rapport entre vide et masses est une recherche d'harmonie.

AS: Le blanc est-il nécessairement silencieux ?

SD: Pour moi, le blanc ressemble à ce qu'il est pour la musique, jamais là par hasard, il est une pause, une respiration nécessaire à la composition.

AS: L’alliance de l’eau et de l’encre permet elle toujours une maîtrise du sujet ?

SD: Non, mais le dessin ou la peinture sont pleins d'accidents merveilleux et quand il s'agit de l'encre et de l'eau, c'est tout particulièrement vrai puisqu'on ne peut pas revenir dessus.
Pour ma part, même si l'utilisation de l'encre nécessite une certaine maîtrise du geste, je recherche et reste toujours charmée par ces accidents.

AS: Que pensez vous de cette phrase de ZaoWou-Ki ?« Je voulais peindre ce qui ne se voit pas, le souffle, la vie, le vent, le mouvement, la vie des formes, l’éclosion des couleurs et leur Fusion »

SD: C'est très beau et juste, je crois que vouloir peindre, c'est voir autrement, voir plus loin, sentir la vie en toute chose.
"L'art émerge de la Nature, il n'est pas né d'une autre matrice" Réflexions sur la peinture  (ou Shi Tao)